Parution de juillet 2016

Parution de juillet 2016

PARTAGER
Juillet 2016


ÉDITORIAL

Un remède à la médiocrité

Par Michel-Pierre Sarrazin

Avec le documentaire Demain, de Mélanie Laurent et Cyril Dion, nous avons appris qu’au cours des cent dernières années, l’industrie alimentaire mondiale s’est transformée en un monstre qui nous empoisonne davantage qu’il nous nourrit. Depuis qu’Henry Ford nous avait avertis, nous savions déjà que pour produire il faut détruire; notre environnement global se trouve menacé de tomber en ruine, comme tous ces produits industriels qui sont conçus pour briser aussitôt utilisés. Huxley l’avait pressenti, dès 1932. L’amour inconditionnel des machines mène inexorablement à la catastrophe, et les bébés en éprouvettes font de bien piètres humains.

Juillet 2016
Téléchargez l’édition de juillet 2016 en PDF.

Ce que le film Demain nous apprend, aussi, c’est qu’il existe déjà des solutions à la vie triste et douloureuse du Meilleur des mondes. Personne n’est obligé de consommer des aliments bourrés de produits chimiques. Personne ne doit impérativement devenir esclave des machines, qu’elles soient à carburant fossile ou à impulsion électrique. Il suffit, comme le font Perrine et Charles Hervé-Gruyer, agriculteurs bio, d’avoir des idées. Et de les mettre en pratique. La permaculture, une approche diversifiée (1 000 variétés sur un hectare), sans pétrole ni machines, permet à la nature de se régénérer. Le rendement est multiplié par dix. Dans cette petite exploitation, l’agroécologie se révèle plus rentable que la monoculture, qui appauvrit la terre et reste tributaire du pétrole, des engrais et des pesticides. Fait surprenant, alors qu’on s’imagine que l’industrie seule peut nourrir une planète Terre surpeuplée, on a désormais clairement démontré que 75 % de la nourriture est produite par des petites fermes de quelques hectares.

Mais ceci n’est qu’un exemple. Le génie humain est beaucoup plus fertile qu’on ne le croit généralement. Il suffit de le stimuler. Il faut cesser d’avoir peur des idées. Il faut oser les faire pousser! Il y a quelques jours, j’ai assisté au concert donné à l’église de Val-David par Ô Chœur du Nord, un groupe de choristes des Laurentides accompagné par de jeunes musiciens en herbe pleins de talent. L’église, en dépit de la canicule, résonnait comme un glorieux tambour rythmant les voix mûres et les coups d’archet juvéniles, sous le plafond de fer-blanc gaufré. Cet exercice sonore m’est soudain apparu comme un autre exemple de ce que l’esprit d’entreprise peut faire naître. Une chanson, composée quelque part par un artiste solitaire, et voilà des centaines de gens qui se dressent pour l’entonner. I’m Happy, chante Pharrell Williams. Il a raison. Il faut croire à la joie, carburant de l’âme, et entreprendre. Tout ce qui grouille, grenouille, scribouille par ailleurs, disait un certain Général, n’est que médiocrité. Demain sera fait des idées que nous aurons osé mettre en œuvre aujourd’hui.

Un extrait du film Demain

Demain est un film documentaire français réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent, et sorti en 2015. Devant un futur que les scientifiques annoncent préoccupant, le film a la particularité de ne pas donner dans le catastrophisme.