Nathalie-du-Marais et compagnie : L’esprit d’équipe, la générosité incarnée

Nathalie-du-Marais et compagnie : L’esprit d’équipe, la générosité incarnée

PARTAGER
Nathalie Cauwet

par Michel-Pierre Sarrazin

Nathalie est animée par un feu que rien ne saurait éteindre. Comme dans la chanson de Cabrel : « Quand tout est déjà noir, il n’y a plus rien à craindre, et chez nous, il n’y a que l’espoir qui reste à éteindre. » Mais chez elle, ce pilote au fond du cœur est inextinguible. Pas étonnant qu’elle soit, pour les autres — pour beaucoup d’autres —, une source de réconfort. Il lui a fallu presque deux ans, à une époque, sur un lit d’hôpital, pour se reconstruire une vie. Elle qui voulait devenir médecin, elle est devenue patiente. Elle qui voulait chercher sur la cryonique et le génome, elle est partie autour du monde, un jour, chercher sa route. Et finalement, tous les chemins mènent au Québec, quand on part de la banlieue de Paris et qu’on veut de l’espace et des contacts humains agréables et courtois.

Quelques années ont passé sous nos sapins avant qu’elle ne trouve son Mathieu et fasse avec lui deux lutins pas ordinaires, Arthur et Azélie. Son bonheur quotidien. Car rien n’est ordinaire, rien d’autre n’est quotidien dans la vie de Nathalie Cauwet. Les journées, au Théâtre du Marais, où elle coordonne, ordonne et organise des tas de détails qui font que les spectacles naissent, c’est sans doute suivre un calendrier de production, mais un de ceux qui ressemblent au parcours du combattant. Les artistes y trouvent un foyer, pour roder et accorder leurs violons, et tout le monde peut y occuper des espaces pour de multiples fonctions de la vie courante (mariages, réunions, rencontres, colloques), qui se font dans ce lieu habité par le méat créatif comme un volcan au bord de chaque éruption scénique. Finalement, entre l’aube et le crépuscule, Nathalie fait des pieds et des mains pour que ce théâtre sorti du désir et de la volonté de beaucoup de gens, malgré la difficile récolte quotidienne des fonds nécessaires, soit un lieu où règne l’esprit des choses vivantes.

Pour qui ne connaît pas bien cette machine à spectacles, vu de loin, tout ça marche tout seul et comme sur des roulettes. Vraiment? Non, les succès qui tombent du ciel, ça n’existe que dans les chansons. Cabrel encore : « Tout ce qu’il nous promet depuis la tribune, on attendra que ça tombe de la lune. » Ici, le succès ne tombe pas du ciel. C’est un sacré boulot! Et il faut des ressources. Jugez plutôt :

Le conseil d’administration du Théâtre du Marais est composé de personnes expertes dans plusieurs domaines. Nommément :

Jacques Richard, sage de la première heure, à la présidence du conseil d’administration depuis 2003, a remis le flambeau à madame Pâquerette Masse en octobre dernier. Il a fait carrière au collège Jean-de-Brébeuf d’abord comme enseignant puis comme directeur des études collégiales. Détenteur d’un MBA de l’École des hautes études commerciales et d’une maîtrise en mathématiques, il a siégé au sein d’importants comités et conseils d’administration, dont celui du Collège des médecins du Québec.

Pâquerette Masse, présidente et férue d’organisation, contribue grandement aux activités de collecte de fonds du théâtre en mettant en place plusieurs évènements-bénéfice annuels. Infirmière de profession, elle s’implique dans la communauté depuis une quinzaine d’années. Conseillère municipale responsable des dossiers culture et parc régional, présidente de l’Association des femmes actives de Val-Morin pendant quelques années, présidente de la Corporation du parc régional Val-David–Val-Morin de 2003 à 2014, elle organise entre autres, depuis 2004, l’expo-vente Val-des-Arts.

Suzette Bibeau, secrétaire, en fonction depuis 2012, est une personne joviale, organisée, une force tranquille au sein du conseil. Madame Bibeau a travaillé aux services administratifs du cégep de Saint-Jérôme durant 31 ans. Ses acquis administratifs font d’elle une secrétaire hors pair. Elle a fait du bénévolat à la Maison d’Ariane de Saint-Jérôme durant une quinzaine d’années. Elle a siégé au CA de cet organisme où elle a aussi occupé le poste de présidente. Elle est également bénévole à la bibliothèque de Val-Morin.

Diane Larivière, administratrice depuis 2009, est titulaire d’un baccalauréat en traduction vers le français. Traductrice et relectrice d’épreuves, elle a aussi coordonné plusieurs projets, dont des festivals et des évènements aux communications et la recherche de commandites. Elle est responsable des bénévoles au sein de l’organisation. Sa passion, son implication et sa créativité sont d’un grand apport à l’équipe.

François Martel, administrateur depuis 2004, est aussi directeur artistique. Bachelier ès arts et ès orientation administrative, M. Martel est habitué avec les contrats et les aspects juridiques dans le domaine culturel. Il a plus de 20 ans d’expérience comme diffuseur de spectacles. Il a été membre de plusieurs conseils d’administration dans le domaine des arts de la scène, dont RIDEAU. De bon conseil, il participe à la planification de la programmation. Il se passionne pour le monde musical.

François Parizeau, administrateur depuis 2011, est membre du Barreau du Québec depuis 1993. Il possède 16 ans d’expérience dans de grands cabinets montréalais. Fondateur en 2010 du Cabinet d’avocats François Parizeau et associés, il est également membre du conseil d’administration et du comité exécutif de la Chambre de commerce et de tourisme de la vallée de Saint-Sauveur et du Garde-Manger des Pays-d’en-Haut. M. Parizeau détient un baccalauréat en administration des affaires (B.A.A.) de l’École des hautes études commerciales. Sa vision et son expertise sont des ressources importantes. Ressources juridiques essentielles. Il ne laisse passer au hasard aucun point de détail. Esprit avisé.

Marie-Josée Brodeur, administratrice depuis 2014, détentrice d’une maîtrise en gestion du tourisme de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, elle cumule 24 années d’expérience dans la coordination de projets spéciaux liés au développement touristique et culturel. Son entreprise se spécialise dans l’organisation d’évènements, incluant les communications et la recherche de commandites. Elle possède de l’expérience dans le domaine de la philanthropie et au sein de différents conseils d’administration. Madame Brodeur est une personne énergique, très avisée dans le domaine des ressources humaines. Elle est responsable du comité de collecte de fonds au théâtre.

Geneviève Daviault, CPA, CMA, trésorière, est arrivée au théâtre cette année. En tant que comptable, avec 10 ans d’expérience dans la production d’information financière à valeur ajoutée, elle a travaillé à la Caisse de dépôt et placement du Québec et durant 7 ans à la maison de production de spectacles Les Productions Feeling inc. Son expérience professionnelle apportera au Théâtre du Marais une bonne continuité dans sa gestion financière. Sa passion et son objectif sont de contribuer au succès et à la pérennité de l’organisation. Elle est présentement à l’emploi de Roche Diagnostics comme spécialiste principale en finance commerciale. Mère de famille et résidente des Basses-Laurentides, elle se joint à l’équipe avec grande motivation.

Pierre Deschênes, B.Arch. M. Sc. A. (aménagement), PMP, au conseil depuis cette année, est architecte et planificateur de formation. Il a acquis, au fil de sa carrière, une solide réputation dans le développement, la gestion et la gouvernance de projets en architecture, en particulier en environnement culturel et récréotouristique. Sur ce plan, il a été, de 2003 à 2008, le fondateur et directeur général du Partenariat du Quartier des spectacles à Montréal. Il est l’instigateur du développement qu’a connu cette destination, notamment par le développement de son identité, sa vision stratégique, son plan lumière, et la sécurisation de son financement par l’établissement de plusieurs protocoles de coopération avec un nombre important de partenaires gouvernementaux et associatifs.

Sonia Piché, Directrice générale, au théâtre depuis 2004. On la surnomme La Dame du Marais. Passionnée des arts de la scène, elle met en place cette multitude de moments uniques, de rencontres entre les spectateurs et les artistes. Mme Piché connaît bien les rouages de l’organisation. Elle a élaboré et mis en place la structure de fonctionnement du théâtre. Détentrice d’un baccalauréat en sciences humaines, elle possède 20 ans d’expérience en promotion, coordination et développement d’évènements culturels et touristiques.

Morgane Chareton, depuis 2015, est adjointe aux communications et responsable à temps plein de la billetterie. Passionnée de culture, et plus particulièrement de musique classique, Morgane met à profit son grand sens de l’organisation et du service ainsi que sa créativité. Communicatrice hors pair, elle excelle dans les différentes façons de promouvoir le théâtre. Très au fait de la proposition artistique, Morgane est une collègue dynamique, enjouée et inventive.

Jeune entrepreneur passionné, Vincent Bell est le directeur technique et sonorisateur du nouveau Théâtre du Marais. Il a fait ses premières armes en tant que stagiaire. Brancher les micros, accueillir les artistes, faire les tests de son sont autant de jalons qui l’ont mené à sa nouvelle position. Son écoute et sa sensibilité envers les artistes sont très appréciées. De la génération montante de l’arrière-scène, parions qu’il ira loin.

Mais, pour revenir à notre Nathalie, elle porte le titre de coordonnatrice et travaille au théâtre depuis 2007. Détentrice d’un baccalauréat en français, elle a choisi la culture comme on choisit de voyager vers de nouveaux horizons. Elle considère toute l’équipe du théâtre comme une famille unie autour d’un même objectif : offrir à la communauté des spectacles un terrain fertile pour travailler ses shows, et à la communauté laurentienne, des spectacles de qualité dans un cadre plus intime, renouvelé. Elle considère le théâtre un peu comme un laboratoire, finalement, où le génome humain est au sommet de son art de vivre. Au bout du compte, elle n’est peut-être pas si loin, aujourd’hui, de son projet d’adolescente douée et curieuse de la vie.