Maison Choix de la rédaction SKI-SE-DIT : GENS DE PLUME ET DRÔLES D’OISEAUX

SKI-SE-DIT : GENS DE PLUME ET DRÔLES D’OISEAUX

Connaissez-vous nos chroniqueurs? Il faudrait une édition entière du journal pour relater leurs faits et gestes. Depuis qu’ils sont avec nous, le Ski-se-Dit s’est fait le porte-parole de la passion et de l’engagement, dans de nombreux domaines. Voici, en quelques mots, une esquisse de leurs talents. Si vous aimez les lire, dites-vous que c’est parce qu’ils aiment écrire.

Quelques mots ne suffisent pas à faire le tour de leurs multiples jardins, mais c’est une façon comme une autre de faire le tour de leurs personnalités. À lire tranquillement en prenant son temps dès potron-minet.

 

Michel Allard
Résident de La Minerve, historien

Détenteur d’un doctorat en histoire, Michel Allard compte parmi les professeurs-fondateurs de l’UQAM, où il a enseigné de 1969 à 2001. Aujourd’hui retraité, il se consacre à l’histoire des Laurentides. Il a présidé pendant près de 10 ans le conseil d’administration du Centre d’exposition de Val-David et contribué à la première exposition permanente du Musée du ski des Laurentides. Il a publié en 2017 un ouvrage portant sur l’histoire des Laurentides. Entre 2019 et 2023, il a participé à la série d’émissions Mémoire du passé portant sur l’histoire des municipalités des MRC des Pays-d’en-Haut et des Laurentides ainsi qu’à une seconde série, Le ski, notre histoire. Elles sont diffusées par NousTV Laurentides. Depuis 2018, il contribue au journal Ski-se-Dit en rédigeant avec Paul Carle la chronique « Album souvenir Val-David ». Il a cosigné, en 2021, le premier tome du livre Val-David, terre d’accueil, dont le second tome est en préparation.

 

Paul Carle
Résident de Val-David, historien

Un des champs d’intérêt primordiaux de Paul Carle est l’histoire. En 1976, il fonde, avec Jean Bélisle, la Société de conservation du Sault-au-Récollet, à Montréal. Il fera aussi partie d’Héritage Montréal, du Conseil des monuments et des sires du Québec (CMSQ), un organisme dédié à la mise en valeur et à la sauvegarde du patrimoine culturel du Québec. Il est aussi engagé dans le mouvement Sauvons Montréal. C’est dans ce champ de connaissance qu’il a terminé son doctorat à l’UQAM dans les années 80. À titre de chercheur, son nom apparaît au générique de nombreuses autres universités, notamment au Canada et en Europe. Installé à Val-David depuis 2000, il prendra la relève du fondateur Claude Proulx à la présidence de la Société d’histoire et du patrimoine de Val-David, en 2017. Paul Carle lui injecte un nouveau souffle : une page Facebook est créée en 2018. Le site internet est entièrement refait et recueille un millier de pages d’histoire et de documents visuels. Sous la bannière de la SHPVD, Paul Carle pilote trois expositions virtuelles, sur la Butte à Mathieu, sur L’histoire centenaire de la municipalité et sur Val-David, berceau de l’escalade au Canada. Il travaille actuellement à divers projets avec les Éditions Ski-se-Dit, notamment au second tome de Val-David, terre d’accueil.

 

Jocelyne Aird-Bélanger
Résidente de Val-David

« Ma famille et moi nous sommes installés en montagne, à Val-David, avec nos deux filles, le jour de l’anniversaire de naissance de notre aînée, le 18 août 1974, il y a 50 ans. Auparavant, j’habitais Montréal, où j’ai étudié au collège Marguerite-Bourgeoys et à l’Université de Montréal en pédagogie et communications et suis allée à l’École des Beaux-Arts. En 1975 sont nés les Créateurs associés, que j’ai rejoints avant de commencer la gravure à l’Atelier de l’île et de devenir conseillère municipale.

J’ai enseigné au secondaire avant de me concentrer sur mon travail d’artiste en arts visuels et d’exposer au pays et à l’étranger, ce que je continue à faire aujourd’hui.

Ayant collaboré comme journaliste à un hebdomadaire, j’ai souhaité écrire régulièrement dans notre journal communautaire à ses premières heures, ainsi que dans divers périodiques et revues spécialisées en arts.

Vivant au cœur de la nature, j’ai défendu l’idée du parc Val-David–Val-Morin dès le début. Val-David a évolué et plusieurs artisans et amateurs de plein air sont venus nous rejoindre dans ce beau village que nous aimons tant! »

 

© Julia Marois

Louis Babin
Résident de Laval, chroniqueur et musicien

Musicien lavallois polyvalent, compositeur agréé, directeur d’orchestre et de chœur, trompettiste et compositeur reconnu, dont l’œuvre a été maintes fois primée sur la scène internationale, Louis, en dépit de ses nombreuses activités au pays et à l’étranger, trouve toujours le temps de nous enthousiasmer, à chacune de ses chaleureuses chroniques dans le Ski-se-Dit, à propos de la musique sous tous ses aspects (classique, contemporaine, expérimentale, actuelle, jazz). Avec ses chroniques, il met en lumière depuis plus de deux ans quelques-uns des splendides secrets de la grande musique. La personnalité attachante et les innombrables compétences de Louis Babin en font un collaborateur précieux, lu et aimé de tous, comme chroniqueur et comme directeur artistique et musical de l’ensemble vocal d’origine valdavidoise Ô Chœur du Nord. Soulignons que le 27 février dernier, l’Orchestre classique de Montréal a interprété en première nord-américaine son œuvre Phœnix, pour violon solo et orchestre à cordes, avec la violoniste mohawk Tara-Louise Montour, sous la direction de Jacques Lacombre.

 

Gilles Bourret
Résident de Val-David

« En septembre 1967, j’ai commencé ma carrière comme professeur de géographie et de mathématique à l’école Paul-Gérin-Lajoie. En 1970, je suis passé à la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) pour enseigner l’Initiation au droit et à l’administration en 5e secondaire. En 1973, je suis devenu professeur de français langue seconde à la Commission de la Fonction publique du Canada à Halifax et, en septembre 1974, j’ai obtenu un poste de conseiller pédagogique à Ottawa. Après avoir occupé différents postes à la Fonction publique du Canada, je suis devenu, en 1981, conseiller en francisation auprès des entreprises à l’OQLF. Entre 1989 et ma retraite en 1997, j’ai travaillé à Main-d’œuvre, Sécurité du revenu et Formation professionnelle (aujourd’hui Emploi et Solidarité), aux programmes provinciaux de formation de la main-d’œuvre, pour identifier les besoins et les programmes de formation à développer. Ma conjointe, Ghislaine Boisclair, et moi sommes arrivés à Val-David en 1985, d’abord à temps partiel, puis à plein temps en 2007. Nous aimons skier, faire de la raquette et du vélo. Je préside le Club des Val-Heureux depuis 2018. »

 

Gilles Chaumel
Résident de Neuville, chroniqueur et animateur radio

Communicateur de profession, écrivailleur par passion, un peu fou de plein air, de photo animalière et littéralement obsédé de musique, Gilles Chaumel est l’heureux père de Jean-Philippe et Nicolas, ses deux fils, et le conjoint comblé de Louise Séguin, connue, dans ses chroniques, sous le nom de Loulou. Elle-même est mère de trois filles, toutes aussi mères qu’elle, et qui se nomment respectivement Sophie, Rosemarie et… Sophie. Il n’y a pas d’explication, c’est comme ça; la vie réserve parfois de ces surprises… Ajoutons-y dix petits-enfants, tous plus merveilleux les uns que les autres, beaux et riches de vie, les Rémi, Charles, Acis, Florent, Loïk, Lionel, Maëllie, Célestine, Olivia et la petite dernière, Yvonne. Animateur radio à CKRL 89,1, à Québec, pour des émissions de jazz, de folk et de musiques anciennes et classiques, Gilles est également chroniqueur pour les disques et la littérature dans les pages du Ski-se-Dit depuis bientôt deux ans. Amen.

 

Nicole Davidson
Résidente de Sainte-Adèle, ex-mairesse de Val-David

« Je suis originaire de Val-David, j’aurai 80 ans cet été. J’ai une formation d’enseignante au primaire. À ma retraite en 2000, je me suis retrouvée agente de pastorale, éducatrice au CPE Bambouli et suppléante dans les écoles de Val-David avant de me lancer dans la lutte pour la sauvegarde du Parc régional. Ce qui m’a menée tout droit en politique municipale, où j’ai œuvré 6 ans comme conseillère municipale avant de devenir la première femme élue à la mairie de Val-David, en 2009. Deux mandats plus tard, en 2017, ma santé me força à me réorienter. Fini la politique active.

Je siège sur les conseils d’administration du Centre d’exposition de la Butte à Mathieu, ainsi qu’à la Société d’histoire et du patrimoine de Val-David, tout en demeurant active en pastorale paroissiale. La vente de ma maison, il y a trois ans, a forcé mon départ de mon village natal vers Sainte-Adèle, où je m’implique au Musée Zénon-Alary.

J’ai trois filles, 11 petits-enfants et 12 arrière-petits-enfants. Ma passion pour l’écriture et mon sens d’appartenance au journal Ski-se-Dit m’amènent à explorer des avenues fort différentes. Je suis en train d’écrire ma vie pour laisser une trace dans l’histoire de ma famille. »

 

Louise Duhamel
Résidente de Val-David, chroniqueure culinaire

« Avant de commencer mes études universitaires en communication, j’ai fait un voyage en Europe. Ce voyage en auto-stop fut déterminant. Il a défini mon parcours.

Bac en communication en poche, j’ai eu des emplois dans ce domaine, mais ma vraie passion a toujours été la cuisine, grâce aux étés de mon enfance à la campagne, passés chez mes grands-parents cultivateurs. Et aussi grâce à ce que les voyages m’ont appris. J’ai eu la chance de combiner toutes ces expériences autour d’un même métier. J’ai cuisiné dans différents restaurants, parlé de cuisine à la radio et à la télévision, écrit des chroniques de cuisine dans les journaux, enseigné la cuisine dans différentes écoles hôtelières à travers le monde tout en voyageant. Bref, j’ai développé des compétences dans le domaine de l’alimentation et j’ai partagé mes connaissances dans différents types de médias. Un bonheur inespéré!

J’ai commencé ma carrière dans les Laurentides et je vis à Val-David, une retraite bien remplie d’activités reliées à mon métier : démonstrations de recettes au marché d’été, collaboration d’ateliers de cuisine avec les carrefours jeunesse des Laurentides et des Pays-d’en-Haut, supervision des menus des dîners communautaires, chroniques culinaires dans le journal Ski-se-Dit… un autre bonheur!

Je suis grand-mère d’un joyeux garçon de 5 ans. Théo partage ma passion de la cuisine à travers un livre que je lui ai écrit, Théo apprend à cuisiner les pâtes. J’ai tout de même du temps pour mes poules, les arts sous toutes leurs formes, différentes disciplines de plein air et pour entretenir les amitiés autour d’un bon festin, évidemment! »

 

Renée-Claude Gélinas
Résidente de Val-Morin, chroniqueure hockey

Renée-Claude a étudié en médecine à l’Université de Montréal. C’est lors de sa première grossesse en 1999 qu’elle et son conjoint depuis 30 ans, Hugo, ont choisi de faire de Val-David\Val-Morin leur camp de base familial. Si tous deux partagent les mêmes passions pour la vie, la famille, l’amitié, le plein air et le hockey, ils sont aussi parents de Julien et Victor (qu’ils adorent!).

Renée-Claude a travaillé de 2000 à 2017 à l’urgence de Sainte-Agathe avec une équipe fabuleuse. Depuis l’ouverture de la Maison de soins palliatifs La Traversée à Mont-Tremblant en septembre 2021, elle œuvre au sein de cette équipe merveilleuse. Elle enseigne aussi le yoga et donne des cours à la Résidence des Laurentides depuis 2017.

Grande passionnée de plein air, elle sillonne notre magnifique nature en randonnée, ski de fond, vélo et canot. En 2017, avec ses amies et acolytes, elle a fondé la Ligue de hockey des Palettes roses, dont elle parle dans les pages du Ski-se-Dit depuis un an. Et à leur grand bonheur, en septembre 2022, les Mini-Palettes roses (6-14 ans) ont vu le jour.

 

François Gohier
Résident de Sainte-Agathe-des-Monts, chroniqueur et sportif

« Né à Sainte-Agathe-des-Monts le 20 janvier 1951 (un samedi très frisquet!), j’ai été dédié à la prêtrise dès mon baptême… par la famille. Entré au séminaire à 12 ans… j’ai été mis à la porte à 15 ans. Pour moi, athée par conviction, grand consommateur d’écrits philosophiques, spinoziste, donc rationaliste, ce fut le début d’un anticléricalisme militant jusqu’à ce jour.

Avec un bac en Coms (McGill) et un MBA (Concordia), j’ai connu une carrière en trois temps : gestion de la clientèle dans diverses agences de publicité de Montréal, directeur du marketing chez Gaz Métro, consultant à mon compte en recherche marketing. Pour ma retraite en 2008, je suis revenu officiellement à Sainte-Agathe-des-Monts, dans les environs du lac Manitou.

Mes deux fils sont concepteurs de jeux vidéo : un à Laval, et l’autre en Australie. Je suis marié à Suzanne Piché, ma voisine à Sainte-Agathe. Amateur d’activités sportives diverses, dont le ski de fond (classique et skate), la raquette, le vélo, la randonnée, la marche et tout ce qui bouge. Je suis en bonne santé… mais goinfre (léger surpoids…), j’adore le scotch et les bons vins, pour le meilleur et pour le pire. »

 

Marlène Gosselin
Résidente de Val-David, chroniqueure esthétique et beauté

« Je suis née à Lac-des-Écorces, dans les Hautes-Laurentides, c’est donc entre lacs et montagnes que j’ai vécu une partie de ma vie. J’ai suivi ma formation à l’Académie Édith Serei, école de hautes études esthétiques à Montréal, et obtenu mon diplôme en décembre 1986 pour ouvrir mon institut de beauté le 2 juin 1987, à Mont-Laurier, jusqu’en 2014.

Installée à Val-David depuis 10 ans, je vous reçois maintenant dans ma maison, havre de paix et de beauté. Avec plus de 37 ans d’expérience, je consacre ma vie professionnelle au mieux-être de ma clientèle. J’aime partager depuis plusieurs années mes connaissances avec vous, chers lecteurs et lectrices. Mon approche en esthétique en est une non invasive, pas de laser, d’IPL ou autres technologies agressives. Je préconise la beauté et la santé de la peau avant tout. Nous n’avons pas de pouvoir sur le vieillissement cellulaire, par contre, nous pouvons accepter et accueillir les années qui passent en beauté. Pour moi, prodiguer des soins, écouter et conseiller n’est pas un travail, c’est une passion! »

 

Lorraine Hamel
Résidente de Sainte-Agathe-des-Monts, chroniqueure en immobilier

« Originaire de Montréal, j’ai fait de la gestion d’immeubles pendant plus de 15 ans. Dès mon enfance, j’ai été attirée par les animaux et le bois. C’est ainsi que je suis arrivée à Sainte-Lucie-des-Laurentides en 2001, portée par mon objectif d’autosuffisance. J’ai donc eu des poules pondeuses, à chair, et un potager bio. L’implication sociale fait également partie de mes valeurs. Ainsi, je me suis impliquée dans ma communauté et j’ai travaillé au Centre d’action bénévole Laurentides pendant quelques années. Puis, la vie m’a dirigée vers une autre aventure lorsque j’ai accepté le poste d’agente de développement de la SCC. J’ai ensuite habité à Lantier et finalement à Val-David. Je me suis amusée dans le cadre des Relais pour la vie et des différentes activités de collecte de fonds : une belle expérience.

Depuis toujours, j’ai deux passions : l’humain et les maisons, et l’immobilier comble les deux. Accompagner, conseiller, écouter en vue de l’investissement le plus important d’une vie, sécuriser mes clients et les guider dans leur transaction, voilà qui me remplit de joie, en toute simplicité. Je suis passionnée par mon travail et remplie de gratitude devant la confiance que me portent mes clients. »

 

Judith Lavoie
Résidente de Montréal, chroniqueure linguistique

« J’ai fait mes études en traduction. Cela fera bientôt 25 ans (la retraite est proche, hé hé!) que j’enseigne la traduction à l’Université de Montréal.

J’ai un chalet à Val-David depuis 2010, mais je connais le village depuis la fin des années 1980. Juliette et Engelbert Leroux, les grands-parents paternels de mon conjoint, vivaient ici et nous venions les visiter régulièrement.

J’ai deux enfants, un garçon de 20 ans et une fille de 17 ans. Il m’est déjà arrivé de parler d’eux dans mes chroniques.

Marcher dans la forêt du mont Condor ou du mont King avec mon chien est certainement une passion pour moi, même si je ne le fais pas assez souvent. Mon coup de cœur : entendre le chant flûté de la grive solitaire durant une promenade en été. »

 

Yves Nantel
Résident de Val-David, chroniqueur sur l’environnement 

Résident depuis 2015 dans une maison multigénérationnelle avec la famille de son fils, Yves Nantel est né en 1942 à Sainte-Thérèse et est en couple depuis 54 ans avec sa moitié. Ils ont eu 3 enfants et 5 petits-enfants. Spécialiste de l’environnement, chroniqueur au Ski-se-Dit depuis 5 ans, Yves a obtenu un diplôme de l’Institut des arts graphiques en 1962, un baccalauréat en travail social de l’UQAM en 1987, et terminé un Perfectionnement en développement économique communautaire à l’UQAM en 1999. Il est engagé dans la lutte aux changements climatiques, bénévole aux Dîners communautaires de Val-David depuis 7 ans, mais aussi amateur de cueillette de champignons sauvages, jardinier à ses heures et sportif de plein air (ski de fond, canot, randonnée, camping). Ralenti par l’âge, dit-il : « je suis toujours ébloui devant les prouesses de la nature, ému au contact de nos petits-enfants mais bien triste devant l’inhumanité régnant sur la planète et les torts que nous faisons subir à la nature », conclut Yves Nantel.

 

Véronique Nicolas
Résidente de Val-David, chroniqueure en astrologie

Véronique s’est jointe au conseil d’administration du journal Ski-se-Dit en tant qu’administratrice en 2022. Recrutée par la présidente du CA, Suzanne Lapointe, son ancienne voisine, Véronique, pétillante de joie, jase de tout et de rien en riant et, surtout, en s’y intéressant. Vraie touche-à-tout, elle a voyagé un an et demi en sac à dos à l’autre bout du globe, puis est venue se poser dans le cœur du village, il y a maintenant 4 ans.

Conceptrice-rédactrice dans le monde du branding, elle fait aussi de la photo avec sa petite boîte de création nommée Les Fantômes. Chaque mois, elle partage dans nos pages son Petit délire astral mixant son amour pour le tarot et les mots. Comme elle le dit si bien : « Le tarot n’existe que pour une seule et unique chose : aider les gens. C’est tout. Et non, il n’y a rien à comprendre. Rien à justifier. Mais tout à recevoir. »

 

Gilles Parent
Résident de Val-David, auteur et chroniqueur

Gilles Parent a d’abord fréquenté l’école des Arts et Métiers, à Montréal, dans l’apprentissage de la modèlerie, puis l’École des Beaux-Arts à temps partiel, en sculpture. Mais sa passion pour le cinéma l’a poussé à suivre un stage de formation à Paris, dans un programme ayant pour titre « Le langage du cinéma », sous la direction de l’ORTF, et du professeur Jean Hermann de l’IDHEC. Ce bref cursus l’a conduit à l’enseignement, au niveau secondaire, dans le volet « éducation cinématographique ». Après ce passage à l’école de quelque cinq années, il a opté pour le milieu de la production télévisuelle, d’abord comme délégué à la production sur une série dramatique, puis comme aide-réalisateur. Ce début passionnant l’a vite conduit à la scénarisation dans de nombreuses productions locales et internationales, tant en documentaire qu’en dramatique, pour plus d’une trentaine d’années consécutives. En 1992, il a été mis en nomination aux prix Gémeaux, dans la rubrique « meilleurs textes, série jeunesse, toutes catégories », pour ses textes de la série Les intrépides. En 2011, son premier roman a été édité. Depuis, il continue à écrire. Auteur engagé, il a siégé au comité canadien de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques de 1992 à 1997. Il est également membre de la Sartec et a été président de l’Association des auteurs des Laurentides en 2019 et 2020.

Gilles Parent publiera dans le journal Ski-se-Dit, à compter d’avril 2024, un conte de fées en dix épisodes, accompagné d’illustrations originales. Ce conte est un cadeau de l’auteur aux enfants de sa région.

 

Manon Regimbald
Résidente de Val-David, directrice, Centre d’exposition de Val-David  

« Je dirige le Centre d’exposition de Val-David depuis 2008. Auparavant, à titre de docteure en sémiologie des arts visuels, j’ai enseigné au Département d’histoire de l’art de l’UQAM. Préoccupée par l’art du paysage, je m’intéresse toujours à la problématique du lieu ainsi qu’aux chevauchements entre le texte et l’image, dans une perspective interdisciplinaire. À titre de commissaire indépendante, j’ai aussi eu le plaisir de mettre sur pied plusieurs expositions, notamment aux Jardins du Précambrien à Val-David, avec les Paysages éphémères à Montréal, et dans les Jardins de sculpture du Musée Lachine. J’ai publié des textes sur l’art dans maintes revues, dont Espace Sculpture, ETC Montréal, Spirale, Revue Textimage. En 2005, avec la collaboration de feu l’historienne d’art mexicaine Montserrat Gali Boadella, j’ai signé En chemin avec René Derouin, publié à l’Hexagone, un ouvrage qui faisait alors le bilan de cinquante ans de pratique de l’artiste résident de Val-David. Enfin, j’ai participé à plusieurs congrès nationaux et internationaux sur l’esthétique, en Finlande, en Slovénie et au Japon, et avec la Société internationale du XVIIIe siècle, en Angleterre et en Allemagne. »

 

Phil Shaw
Résident de Val-Morin, sportif et chroniqueur

Sportif de haut niveau, Phil Shaw habite à Val-Morin depuis 2021. Vous l’avez sans doute croisé sur les routes, avec ses couleurs et ses ballons, dans toute la région! En effet, en tant que promoteur de rollerski et de ski de fond, il se promène beaucoup et montre à tous son amour pour le sport, et ce, toujours dans la sécurité. Outre cette discipline, il aime la lecture, les voyages (ses coups de cœur sont la Suède et l’Italie!), et il a un faible pour l’étude du comportement humain. Il a étudié à l’Université McGill en géographie et en éducation physique et il passe aujourd’hui du temps de qualité en compagnie de sa conjointe, Annie Gauthier, et leurs 3 chihuahuas.

 

Nicole Vézina
Résidente de Val-David

Propriétaire de la Cinémathèque Méliès depuis 2004, une des dernières au Québec, Nicole Vézina et la descendante directe d’une des grandes familles pionnières de Val-David. Énergique et enthousiaste, après un secondaire classique, elle travaillera durant 11 ans en secrétariat général pour des médecins, des entreprises, de finance, de sécurité et pour la commission scolaire. Souhaitant être son propre patron, elle se lance dans la coiffure, mais des problèmes respiratoires l’obligent à réorienter ses talents. Pendant quelques années, Nicole sera acceptée comme famille d’accueil pour les jeunes à Val-David. Elle travaillera également dans un supermarché, dans l’industrie du meuble, ce qui lui a permis de refaire sa salle de bain! Enfin, elle deviendra propriétaire d’un club vidéo… qu’elle dirige toujours avec passion, rue de l’Église.

« Je n’ai pas d’enfant, mais j’en ai beaucoup gardé, dit-elle, et j’ai toujours beaucoup aimé le cinéma. L’un ne va pas sans l’autre, je crois. J’ai touché à la peinture, au dessin, à l’écriture, au théâtre, au cinéma, à la sculpture, à la lecture, la cuisine, la fabrication de meubles, au maniement d’outils de construction et de rénovation, au dressage de chiens… Mais le cinéma reste mon passe-temps favori… il y a tellement de bons films! La vie est parfois aussi emballante que le cinéma! »