Maison Actualité Le parc, on l’a longtemps voulu – on l’a finalement eu…

Le parc, on l’a longtemps voulu – on l’a finalement eu…

MICHELINE LOISELLE

Par Jocelyne Aird-Bélanger

Le Parc régional Val-David-Val-Morin, notre parc, on l’a très longtemps désiré, comme en témoigne le compte-rendu détaillé que Suzanne Arbique faisait de l’histoire du Parc l’an dernier et que l’on retrouve en entier sur le site de la Société d’histoire et du patrimoine de Val-David. On l’a voulu très fort et on l’a finalement obtenu en 2003, à la suite d’un référendum précédé d’une intense campagne référendaire couronnée par une vidéo percutante grâce à notre concitoyenne MICHELINE LOISELLE, productrice de films et d’émissions de télévision pendant 25 ans. Elle faisait alors partie du Comité du OUI pour le Parc comme plusieurs autres personnes convaincues de la nécessité de cet espace public pour l’avenir et le développement durable de notre milieu.

Micheline Loiselle habite à Val-David depuis 1973 avec des passages obligés à Montréal pour son travail de productrice. Elle y réside maintenant à plein temps depuis l’année 2001. Ce n’est donc pas d’hier qu’elle fréquente notre beau coin de pays où Pierre Lefebvre, propriétaire chaleureux de l’auberge Le Rouet (auberge malheureusement disparue), avait réussi à la convaincre de revenir régulièrement dès 1970, fin de semaine après fin de semaine, seule puis avec son jeune bébé à proximité de l’auberge. Elle s’intégra ainsi tout naturellement au groupe de gens de plein air – moniteurs de ski ou grimpeurs professionnels et amateurs qui peuplaient à cette époque nos montagnes hiver comme été.

Afin de sensibiliser les gens à nos grands espaces et pour faire connaître les expéditions que Marc Blais son conjoint d’alors effectuait dans des coins aussi éloignés que les Torngat et l’île Ellesmere, Micheline deviendra peu à peu productrice de films tournés au cours de ces expéditions exceptionnelles. Trois de ces longs métrages seront même de la programmation des Grands Explorateurs. Pour consolider cette démarche de plus en plus complexe, elle créa en 1980 La Sterne, compagnie consacrée à la production cinématographique et télévisuelle particulièrement polarisée par le plein air. La collaboration de La Sterne avec l’artiste Claude Léveillée en 1984 contribuera à diversifier les productions en ajoutant un volet culturel à l’entreprise.

Enseignante de formation, Micheline favorisait une approche éducative dans les documents que La Sterne produisait. Touche à tout, elle s’intéressait à toutes les étapes de la production, de la recherche du financement et des diffuseurs, et aussi à la scénarisation, au montage, à l’enregistrement de la musique, aux techniques de laboratoire, etc. C’est ainsi, à force d’expérimentations et de travail soutenu, qu’elle a appris son métier. À la fin des années ’80, ses filles intégreront la maison de production comme recherchiste pour Annie et comme chroniqueuse pour Karine dans la série sur le plein air Oxygène. Pendant des années, la famille fit la navette entre Val-David les fins de semaine pour se ressourcer, et Montréal la semaine pour le travail.

Après cette période valorisante et intense, se produisit dans la vie de cette femme si active, un changement radical de parcours tel que toute vie bien remplie en connaît si souvent. La Sterne ferma ses portes en 1994 et Micheline Loiselle s’installa pour une longue période à Val-David, avant de retourner exercer son métier passionnant chez Pixcom et ensuite à Téléfiction comme productrice responsable de la section documentaires.

 

ET LE PARC…

Pour en revenir au Parc, notons qu’avec le temps et l’appétit grandissant d’entrepreneurs de tous calibres, les limites du futur parc rétrécissaient à vue d’œil de jour en jour. Le conseil municipal aurait pu emprunter pour acheter les terrains menacés de privatisation. Cependant des citoyens opposés au Parc signèrent en assez grand nombre à la municipalité, le registre requis pour exiger un référendum. Face à cette situation, les citoyens qui, au contraire, étaient en faveur du Parc, ont dû s’organiser pour combattre le promoteur et sa désinformation et rendre la population consciente de l’importance de sauvegarder notre Parc. De là, la création du Comité du OUI pour le Parc et toute la mobilisation qui s’en suivit. Heureusement, les conseils municipaux étaient convaincus de la nécessité de protéger cet espace vert pour leur municipalité, et ce, autant à Val-David qu’à Val-Morin. Un comité d’urgence se forma alors en 2003 avec comme objectif de gagner le référendum qui permettrait aux municipalités d’acquérir de manière définitive les montagnes, pistes de ski de fond et terrains suffisants pour la création d’un espace naturel réservé à Val-David et Val-Morin. Ces démarches ayant déjà échoué à diverses reprises depuis 1975, il fallait donc s’y remettre à fond cette fois-ci. Toujours impliquée dans le plein air à Val-David , vivement attachée à son village , Micheline Loiselle dont le nouveau conjoint André Berthelet devint président du Comité du OUI pour le Parc, fut au cœur même de l’organisation et de la planification des actions entreprises pour sauver cet espace de plus en plus grignoté de toutes parts. Pour y arriver, il était capital qu’un nombre important de personnes viennent voter le jour du référendum afin de l’emporter. Micheline était convaincue qu’il fallait persuader la population dans son ensemble et pas seulement l’élite sportive si on voulait réussir à inciter les conseils municipaux à exproprier et à acheter les espaces nécessaires à la protection du futur parc. Elle n’était pas seule dans cette entreprise que soutenait une centaine de bénévoles décidés à préserver l’âme de notre village et qu’appuyait une grande partie de la population, des commerçants, restaurateurs et hôteliers ainsi que différentes associations.

Elle eut alors cette idée brillante et un peu folle de réaliser une vidéo de 10 minutes illustrant les avantages d’un tel parc pour tous et de la distribuer sans frais dans des milliers de foyers au sein des deux municipalités. Au début, personne dans son entourage proche n’estimait la chose possible, mais avec sa force de conviction et son expérience exceptionnelle de productrice, elle s’y est mise pendant des jours sans compter ses heures. Multipliant les appels et les contacts avec des collaborateurs motivés et convaincus comme elle, s’appuyant sur la collaboration gratuite du scénariste Gilles Parent et de Marc Gadoury, un caméraman professionnel résidant de Val-Morin, elle réussit à intéresser l’ancien maire de Montréal Jean Doré de Val-Morin et la comédienne Chantal Fontaine (Virginie) de Val-David, de même que Karine, une de ses filles, à participer bénévolement à la narration. Elle greffa à son projet un monteur créatif avec qui elle avait travaillé maintes fois, une compagnie de Montréal qui copiera sans frais, pendant la nuit, les 3000 vidéos qui seront ensuite distribuées dans les foyers 10 jours avant le vote par une quarantaine de bénévoles à qui on avait confié un secteur spécifique à couvrir. Durant cette période décisive et passionnante, certains soirs, elle descendait à Montréal pour travailler au montage du film et le jour elle était présente sur le terrain pour motiver les bénévoles.

Grâce à ses efforts, ses nombreux contacts et son travail professionnel et grâce également à la collaboration de toute une fabuleuse équipe de bénévoles, chaque citoyen a pu visionner chacun chez lui Un Parc pour la vie, une superbe vidéo de qualité absolument convaincante sur les atouts et les avantages d’un parc réservé au plein air pour les enfants, les ados et les adultes de notre milieu, un parc disposant de pistes et de sentiers entretenus, de falaises d’escalade accessibles, de points de vue mémorables et de forêts à l’abri de lotissements et des destructions intempestives.

Le référendum fut gagné ! Le Parc qu’on avait tant voulu, on l’a eu grâce au travail et à l’implication sur une longue période d’amateurs et de professionnels de plein air qu’une idée vigoureuse et lumineuse de Micheline Loiselle est venue soutenir au bon moment ! Ce fut le début d’une nouvelle aventure toujours en cours : l’installation, l’aménagement et l’entretien constant de ce nouvel espace protégé. Notre Parc continue d’évoluer et de se maintenir pour le plus grand plaisir des citoyens de Val-David et de Val-Morin et des visiteurs nombreux qui s’y retrouvent en toutes saisons. De quoi être reconnaissants et fiers!

 

Pour plus d’informations sur l’histoire détaillée et l’implantation du Parc régional Val-David-Val-Morin, voir :

(https://histoirevaldavid.com/la-grande-et-la-petite-histoire-de-notre-parc-partie-2/)