Maison Actualité Le bonheur des repas communautaires

Le bonheur des repas communautaires

Source : valdavid.com

 

 

Comme l’annonçait Marie-Claude Lortie dans La Presse du 5 novembre[i], Montréal aura dans un an son Refettorio. L’institution montréalaise sera située dans l’église Saint-Georges, au centre-ville.

L’église Saint-Georges, à Montréal, où sera situé le Refettorio.
Source : Robert Skinner, La Presse

D’autres Refettorio existent déjà ailleurs dans le monde, à Milan d’abord, puis à Rio, à Londres, à Paris, et prochainement aux États-Unis, à San Francisco et à Harlem. Ce nom signifie « réfectoire » en français, soit : une salle à manger où les membres d’une collectivité, d’une communauté prennent leurs repas (dictionnaire Usito). Les Refettorio sont des tables pour les démunis où de grands chefs étoilés cuisinent avec des ingrédients invendus voués aux poubelles. Voilà un concept qui n’est pas sans rappeler tous les efforts faits par Partage et solidarité Laurentides, qui, chaque semaine, cuisine toutes sortes de plats grâce aux surplus d’inventaires de certains commerces et aux dons divers pour les distribuer ensuite gratuitement dans le Réfrigénéreux, notre frigo communautaire, au chalet Dion, à Val-David.

Depuis longtemps, Val-David a également ses dîners communautaires, auxquels participent aussi des chefs professionnels comme dans les Refettorio. Les dîners du village ont déjà reçu la participation de trois chefs de renom qui ont travaillé comme sous-chef, chef exécutif et/ou propriétaire d’établissements membres du groupe Relais et Châteaux, soit Josée Morasse à l’auberge Hatley et à La Sapinière, Anne Desjardins de l’Eau à la bouche et Louise Duhamel à l’hôtel Langdon Hall, en Ontario. D’ailleurs, Louise Duhamel est depuis trois ans responsable des menus servis pour le plus grand bonheur de tous! Sans oublier que ces repas sont offerts à faible coût (10 $, habituellement) dans l’église, notre salle communautaire. Ils s’adressent aux personnes âgées, qui peuvent ainsi sortir de la maison, briser l’isolement autour d’un bon repas et socialiser.

Comme l’a dit à la foule Massimo Bottura, chef italien derrière le Refettorio de Milan, lors de l’annonce du premier établissement canadien : « Cuisiner est un acte d’amour. » Et cela est bien vrai, à Val-David comme ailleurs!

(MFL)

 

 

 

 

 

 

 

 

__________

[i] https://www.lapresse.ca/actualites/201911/04/01-5248378-montreal-aura-son-refettorio.php