Maison Actualité In memoriam – Réjean Paquin, 1953-2019

In memoriam – Réjean Paquin, 1953-2019

À l’hôpital de Saint-Jérôme, le 27 novembre 2019 à l’âge de 66 ans est décédé M. Réjean Paquin. Il laisse dans le deuil ses frères et soeur, feu Lizette, Denis (Monique), Gaétan, Jacques, sa grande amie Josée, ses enfants Marie-Ève (Jean-Michel), Annie (Olivier), Charles et leurs enfants, ses neveux et nièce, Richard, Yannick (Véronique), Stéphane (Maryse), Caroline et leurs enfants, ainsi que plusieurs parents, amis(es) et collègues.

En mémoire de Réjean, un don peut être fait à la Fondation de l’hôpital régional de Saint-Jérôme. https://www.jedonneenligne.org/fondationhopitalsaintjerome/

La famille tient à remercier tout le personnel des soins intensifs de l’hôpital de Saint-Jérôme pour leurs bons soins.

Consultez l’avis de décès.

 

Témoignage du Comité du Musée de la chanson québécoise

M. Paquin siégeait à notre comité Musée de la chanson québécoise / Musée de la Butte à Mathieu depuis 5 ans. Il était fier supporter et commanditaire de nos projets, entre autres lors de la soirée « Hommage à Gilles Mathieu et à sa Butte » au festival Songes d’été de Val-David en 2014. Toute l’équipe était très fière de lui, car il était alors chargé du dossier de la Butte à la Société d’histoire et du patrimoine de Val-David, et il était des nôtres.

Des problèmes de santé l’ont malheureusement assailli l’an dernier. Parmi ses intentions d’implication, et d’aussi loin que nous le connaissions, il chérissait le projet d’un lieu permanent d’exposition pour la Butte à Val-David.

Nous lui rendons hommage bien haut et fort.

Gilles Mathieu, Nicole Deschamps, Mathieu Mathieu, Michelle Dubé, Nicole Davidson, Danielle Généreux, Paul Simard, Marie Chevrier

 

Témoignage de Denis Paquin, frère de Réjean

8 octobre 1953-27 novembre 2019 : voilà une période qui a vu un p’tit gars du lac Paquin faire sa marque dans la vie active de Val-David, entre autres comme courtier immobilier.

À l’instar de notre papa Edna, pour Réjean, la politique municipale et sociale était un leitmotiv, une raison de s’impliquer pour le développement de sa communauté dans un esprit de justice et d’équité. Autant son père fut conseiller, pro-maire et commissaire scolaire, a participé à la création de l’école polyvalente régionale des Laurentides, car il croyait fermement à l’importance de la formation scolaire, Réjean fut conseiller municipal, membre du comité de toponymie de la municipalité, impliqué dans l’urbanisme, les travaux publics et j’en passe.

Un organisateur, un rassembleur d’envergure, Réjean fut l’un des fondateurs des Loisirs du lac Paquin et de son parc, avec ses légendaires épluchettes de blé d’Inde. Et que dire du congrès canadien de l’association des familles Paquin en 1988; il était organisateur et président d’honneur de ce congrès qui fut légendaire pour l’association.

Membre impliqué dans plusieurs associations, comme le Club Optimiste, la Société des chefs, cuisiniers et pâtissiers du Québec (à titre de restaurateur : Le Chef de la Gare), le musée de la Chanson québécoise, la Société du patrimoine et combien d’autres regroupements, il était aussi un passionné du train, de l’histoire, de nos origines. Tout cela le fascinait, l’intriguait et réveillait sa curiosité. C’est cette dernière qui l’a amené à s’intéresser aux antiquités jusqu’à devenir antiquaire amateur. L’acquisition et la rénovation de la plus vieille maison du lac Paquin en sont la preuve.

D’un côté plus personnel, pour Réjean, les enfants et la famille étaient importants; c’est d’ailleurs ce qui l’a amené à devenir famille d’accueil, toujours fier de rencontrer et de recevoir ses neveux, nièces, membres de la famille et grands amis. Bon vivant, il savait égayer les rencontres tant familiales que sociales et il en était régulièrement le boute-en-train.

Généreux, positif, toujours souriant, il dégageait une joie de vivre qui faisait chaud au cœur. Malgré ses nombreuses implications et un horaire chargé, il était un bon confident, gardait une bonne écoute et était sensible à tous ceux qui lui étaient chers. Pour ses parents et amis, il était un homme adorable et aimé de tous.

Réjean manquera à beaucoup de monde. Il était une figure marquante dans sa communauté et pour les siens. Tant d’années de plaisir et de pur bonheur qui nourriront nos pensées et nos souvenirs.

 

 

Témoignage de Josée Leboeuf et ses enfants, Marie-Ève, Annie et Charles Thérien. Ils formaient, avec les petits-enfants, la famille que Réjean avait adoptée de cœur. Papi Réjean était très proche d’eux. Arrivé dans leur vie pendant l’adolescence des enfants, il a vu leurs bons coups autant que leurs mauvais coups et les a soutenus dans leurs diverses expériences.

Réjean Paquin était un passionné, c’est un mot qui revient souvent! Il s’est impliqué pratiquement partout dans Val-David, dans des comités divers, comme conseiller municipal, et bien sûr comme courtier immobilier depuis plus de 30 ans. Ayant été famille d’accueil avec son épouse de l’époque, cet homme au grand cœur a aidé plusieurs enfants, certains dont il est resté proche.

Il voyait le bon dans toute personne ou une utilité à tout objet. Il ramassait et collectionnait tant de choses, mais surtout des antiquités. Grand amoureux des trains, il a d’ailleurs nommé son restaurant ouvert en 2005 au cœur de Val-David Le Chef de la Gare. Et Réjean aimait aussi faire de la moto! Il était souriant, positif et blagueur; il aimait beaucoup les jeux de mots, l’ironie et les taquineries. Réjean était un bon conteur, un talentueux joueur de Scrabble et un amateur de mots croisés. Et bien sûr, il adorait les maisons! C’était non seulement son métier, mais aussi une vraie passion.

Sa joie communicative et son sens de l’humour lui seront restés jusqu’à son dernier jour. Nous n’oublierons jamais sa belle générosité, lui qui était toujours de bon conseil, dans la bonne humeur et toujours avec le sourire. (MFL)

 

Témoignage de Maryse Froment-Lebeau

J’ai connu Réjean pendant les trois années où j’ai travaillé au Bistro Plein Air, au Carrefour du village, où il avait aussi son bureau. Il venait déjeuner tous les jours. Il prenait des croûtes de pain brun toastées avec une banane. Ça me fascinait. Ces croûtes qu’on devait jeter car personne n’en voulait… Les années ont passé et j’ai croisé Réjean partout où j’allais, puisqu’il était partout! Toujours de bonne humeur, il prenait des nouvelles de mon conjoint. Et quand le jour est venu pour nous d’acheter une maison à Val-Morin, c’est lui que nous avons appelé, ça allait de soi. Et là commencèrent les visites. Réjean connaissait absolument chaque maison que l’on voyait. Il savait aussi à qui elle avait appartenu au fil des ans, quand ce n’était pas lui-même qui en avait été propriétaire! Il avait des anecdotes sur chaque endroit; c’était drôle de l’entendre.

Réjean, il avait le cœur à la bonne place. Il était affable, souriant en tout temps et tellement relax. Je suis heureuse d’avoir croisé sa route.

Repose en paix…